mardi 8 août 2017

Le meilleur des Mondes

On croit les choses parce qu’on a été conditionné à les croire.







Auteur : Aldous Huxley
Genre : ѕ¢ιєn¢є-ƒι¢tιon, classique

320 pages










Défi, réquisitoire, utopie, ce livre mondialement célèbre, chef-d'oeuvre de la littérature d'anticipation, a fait d'Aldous Huxley l'un des témoins les plus lucides de notre temps.
Aujourd'hui, devait écrire l'auteur près de vingt ans après la parution de son livre, il semble pratiquement possible que cette horreur s'abatte sur nous dans le délai d'un siècle. Du moins, si nous nous abstenons d'ici là de nous faire sauter en miettes... Nous n'avons le choix qu'entre deux solutions : ou bien un certain nombre de totalitarismes nationaux, militarisés, ayant comme racine la terreur de la bombe atomique, et comme conséquence la destruction de la civilisation (ou, si la guerre est limitée, la perpétuation du militarisme) ; ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique.


Salut à tous ! En ce moment, je suis consciente de ne jamais pas être présente sur le blog. Mais j'ai tant à faire ! Tant à aller ! Et puis...c'est les vacances ! Alors j'en profite pour me libérer un peu de mes chroniques à écrire, et prendre enfin le temps de lire pleinement, de ne pas me soucier de ce que je vais écrire dans mes avis, de me pas m'affoler devant la lenteur à laquelle j'avance dans mes livres et de ne pas me forcer à lire plus vite pour vous poster ma chronique le moins tard possible. Alors oui lecteur, je ne suis pas très présente sur Les lettres de Sel, mais je te promets qu'à la rentrée je serais plus régulière dans mes posts ! ;) 

J'avais très envie de lire ce roman puisque il changeait un peu de mes lectures habituelles. Sachez que je ne lis pas souvent du classique puisque j'ai l'impression que ce genre ne me correspond pas, d'ailleurs je ne comprends jamais tout, les styles des auteurs dits "classiques" sont tellement complexes que je lis deux fois plus lentement que ma fréquence habituelle pour ne pas m'embrouiller. Je me suis pourtant plongée dans ma lecture avec frénésie, intriguée par le résumé. 

Comme je l'avais prévu, j'ai eu un peu de mal avec la plume d'Aldous Huxley puisqu'elle est certes, très complexe, mais en plus, l'auteur s'amuse à faire divaguer le lecteur dans les souvenirs des personnages sans même prendre la peine de le prévenir ! J'ai donc souvent perdu le fil de l'histoire, m'embrouillant à de nombreux passages. 

Les personnages ne sont pas très attachants, ni même très travaillés, n'ayant jamais de vrais sentiments "profonds". Cependant, j'imagine bien que l'auteur ne se soit pas attardé sur ces détails pour la simple et bonne raison que ce n'était pas son but : lui, il voulait que l'on s'intéresse à son univers, à sa "création", et non aux protagonistes. J'ai cependant apprécié certains d'entre eux pour leur ouverture d'esprit grâce à la poésie et aux grands questionnements dont ils sont exposés. 

Quand à l'univers, je dis chapeau à l'artiste puisqu'il a réussi haut la main à créer cette contre-utopie sur le thème du soit-disant-monde-parfait-qui-ne-l'est-pas-tant-que-ça avec des bébés "fabriqués" synthétiquement. Il y a juste un petit détail qui m'a contrariée : ce sont les hélicoptères. Pourquoi les habitants utilisent ce moyen de transport ? Je vous avoue avoir été un peu déçue. J'avais imaginé quelque chose de plus "grandiose", de plus "réfléchit". Quoi qu'il en soit, ce n'est qu'un infime détail, et j'ai aimé tout le reste. La manière dont tout est expliqué avec autant de détail - parfois un peu trop même -, la manière dont il nous parle de thermogène, de salinité, de viscosité pour nous expliquer le fonctionnement exact de ces "bébés-éprouvettes", la manière dont il nous bombarde de détails et de mots inconnus dont je n'ai aucune idée de leur signification. D'ailleurs, si j'avais à donner un défaut quand à la trame, je dirais qu'il manque affreusement de descriptions de ce monde. Du coup, je n'ai pas pu me le représenter dans les détails, ce qui est assez dommage...


En conclusion, j'ai relevé pas mal de défauts dans ce livre, mais sachez qu'il a aussi ses qualités. Le meilleur des mondes est un roman très intéressant qui m'a fait beaucoup réfléchir et que je conseille aux personnes qui se sentent prêtes à être attaquées de toutes part par des mots dont elles ne connaissent pas le sens, mais aussi aux les personnes tout simplement curieuses de découvrir la plume complexe mais ô combien unique de cet auteur. 


○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○

"Mais n'éprouvez-vous pas le désir d'être libre de quelque autre manière, Lenina? D'une manière qui vous soit propre ; pas à la manière de tous les autres."

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


Histoire : 3.5 /5
Personnages : 2.5 /5
Plume de l'auteur : 4 /5
Couverture : 2.5 /5


Ma Note : 12.5 /20

Prochaine lecture : Six of Crows de Leigh Bardugo

4 commentaires:

  1. Haaa ça fait longtemps que j'ai envie de découvrir ce livre ! Dans le genre, je te conseille 1984 qui est également une dystopie =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'en ai déjà entendu parler d'ailleurs il me l'a déjà été conseillé ;)
      J'espère que je pourrais le lire un jour parce qu'il commence sérieusement à m'intriguer !

      Supprimer
  2. J'ai pas adoré ce roman, si mes souvenirs sont bon j'avais trouvé la fin trop ouverte à mon gout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part j'ai plutôt bien aimé la fin ! Je ne m'y attendais pas du tout et ça ne m'a pas déçue ;)

      Supprimer